festival du film de marrakech 2013
Festival International du Film de Marrakech :Des hommages à de grandes pointures du cinéma
Le: 21 / Nov / 20132013   |   Par: kenza   |   Dans: Blog
Tags:

La 13e édition du Festival International du Film de Marrakech (FIFM) qui aura lieu du 29 novembre au 7 décembre, rendra hommage à l’actrice française Juliette Binoche, à l’acteur marocain Mohamed Khouyi, au réalisateur japonais Kore-Eda Hirokazu, au cinéaste argentin Fernando Solanas et à la comédienne américaine Sharon Stone. Ces grandes pointures du cinéma seront à l’honneur, en leur présence, lors de cérémonies qui leur seront dédiées.

Un festival de cinéma, ce sont bien sûr des films, des stars, des projections, un jury, un tapis rouge, des lauriers… C’est aussi l’occasion de rendre hommage à des personnalités qui ont marqué le cinéma partout dans le monde.

Le FIFM ne déroge pas à la règle et comme tous les ans, il fait honneur à des femmes et des hommes dont le rôle dans le monde du cinéma est incontestable.

Pour cette 13e édition, qui aura lieu entre le 29 novembre et le 7 décembre, ce sont l’actrice française Juliette Binoche, l’acteur marocain Mohamed Khouyi, le réalisateur japonais Kore-Eda Hirokazu, le cinéaste argentin Fernando Solanas et la comédienne américaine Sharon Stone qui seront à l’honneur, lors de cérémonies qui leur seront dédiées.

Sharon Stone, incontournable icône hollywoodienne

Pour ouvrir le bal, lors de la soirée d’inauguration de ce 13e FIFM, c’est Hollywood qui sera à l’honneur le 29 novembre, avec une de ses incontournables icônes, la grande Sharon Stone, qui recevra un hommage appuyé de la part de ses pairs et du public.

Celle qui a fait tourner plus d’une tête il y a 20 ans dans Basic instinct de Paul Verhoeven, n’a rien perdu de sa superbe.

La star a su marquer l’imaginaire des cinéphiles du monde entier, que ce soit dans Total Recall de Len Wiseman, dans Mort ou vif de Sam Raimi ou encore dans Casino de Martin Scorsese, président du jury du FIFM 2013, qui lui a valu un Golden Globe ainsi qu’une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice.

Juliette Binoche, une actrice touchée par la grâce

L’hommage organisé le lendemain, 30 novembre, n’en sera pas moins glamour, puisqu’il s’agira d’une autre star, française cette fois, Juliette Binoche. Elle est parmi les actrices les plus récompensées au monde.

En effet, outre son Oscar (Le Chocolat de Lasse Hallström) et son César (Trois Couleurs : Bleu de Krzysztof Kie?lowski), elle est la seule actrice au monde à avoir reçu les prix d’interprétation des plus grands festivals de cinéma internationaux que sont Cannes (Copie conforme d’Abbas Kiarostami), Venise et Berlin (Le Patient anglais de Anthony Minghella.

À la tête d’une carrière bien remplie, Juliette Binoche reste une actrice à part, touchée par la grâce.

Mohamed Khouyi, un incontournable de la scène artistique nationale

Puis le 3 décembre, place au Maroc et à Mohamed Khouyi, qui recevra également un hommage bien mérité.

Ce comédien, parmi les plus importants acteurs marocains, est devenu l’une des figures incontournables de la scène artistique nationale, au long d’une riche filmographie marquée par son amitié avec un autre grand acteur, Mohamed Bastaoui, à qui le Festival de Marrakech a rendu hommage en 2011. Avec cet ami, il a également longuement coopéré dans le monde du théâtre.

Au cinéma et depuis son rôle en 1995 dans À la recherche du mari de ma femme de Mohamed Abderrahmane Tazi, Mohamed Khouyi a tourné dans plus de quinze films, dont La Source des femmes de Radu Mihaileanu, et tout dernièrement, dans Zainab, la rose d’Aghmate de Farida Bourquia.

Hirokazu Kore-Eda, une œuvre toute en sensibilité

Le FIFM rend également hommage à deux grands réalisateurs. Le 1er décembre, ce sera en effet Kore-Eda Hirokazu, cinéaste japonais acclamé par la critique internationale et sollicité par les plus grands festivals, qui sera à l’honneur.

Ce réalisateur de 50 ans est l’auteur d’une œuvre toute en sensibilité, qui a permis au cinéma japonais de se réinventer avec de nouveaux sujets, des images classiques, loin du cinéma japonais désespéré et âpre. Kore-Eda, lui, parle de la vie de tous les jours, des rêves ingénus des enfants et de l’espoir que le monde soit meilleur.

Son dernier film, Tel père, tel fils, a remporté le Prix du Jury au dernier festival de Cannes.

Fernando Solanas, un cinéaste engagé

Pour clore en beauté sa série d’hommages, le FIFM réserve sa soirée du 5 décembre à Fernando Solanas, réalisateur, scénariste et producteur argentin.

Ce cinéaste engagé, auteur notamment de films dénonçant les ravages de la crise économique dans son pays, est devenu une figure artistique mais également politique majeure de l’Argentine contemporaine. Il reste encore aujourd’hui parmi les plus passionnants représentants du cinéma sud-américain.

Sa très riche carrière a reçu en 2004 l’Ours d’Or d’honneur au Festival international du film de Berlin, pour l’ensemble de sa carrière.

aufait